Non classifié(e)

Le bois est l’avenir. C’est une évidence !

Hervé-Jacques Poskin est le Directeur du Cluster Eco-construction. Le Cluster Eco-construction est une ASBL située en Wallonie. Sa mission principale est de stimuler le marché de l'Eco-Construction. Le réseau du Cluster Eco-construction rassemble un bon nombre d’acteurs et d’experts du secteur : architectes, entrepreneurs, sociétés d'ingénierie, commerçants, etc. Tous ces intervenants contribuent notamment à minimiser l'impact de la construction sur l'environnement et la santé. Nous avons pu nous entretenir avec Monsieur Poskin, sur l'importance de l'utilisation du matériau bois dans le domaine de la construction durable…

Le cluster Eco-construction a récemment introduit le label « Produit Biosourcé » en Wallonie. Pouvez-vous nous en dire plus sur ce label ?

Nous avons créé ce label afin de pouvoir mesurer et évaluer correctement le caractère biosourcé d’un matériau. Prenons l’exemple d’un élément d’isolation : Quelle en est la proportion biosourcée ? Grâce au label, nous pourrons déterminer le pourcentage de biosourcé entrant dans la production de l’isolant.

Pour ce faire, nous suivons une norme objective européenne afin de garantir ce calcul. Une fois ce calcul réalisé et afin d’obtenir la labellisation, un pourcentage minimum de matière biosourcée doit être présent dans l’élément en fonction du type de produit. (Ex. la part de biosourcé d’un isolant doit être supérieur à 70%) Ces matériaux sont ensuite labélisés selon ce pourcentage.

Le label biosourcé garantit donc un standard de quantité de biosourcée du matériau.

A côté du label biosourcé, une marque « produit de Wallonie » garanti le caractère local du produit.  Cette marque permet de conférer le caractère local, en s’assurant que les matières premières nécessaires à sa production proviennent d’une distance inférieure à 200 km.

Un des objectifs corollaire de notre label et marque est évidemment de préserver la nature, l’environnement et la biodiversité. Grâce au label, les avantages liés à l’utilisation de matière biosourcée sont mis en avant et permettent dès lors de prouver une haute valeur ajoutée. Ainsi, un bâtiment utilisant des produits respectueux de la nature est un bâtiment plus attrayant et plus sain.

Autres avantages, les produits biosourcés sont également efficients dans le cadre de la transmission de vapeur d’eau dans les parois et ont une excellente capacité hydrométrique. Ils sont en outre grâce au déphasage, de très bons conservateurs de chaleur (en hiver) /fraicheur (en été), ce qui diminue l’impact énergétique nécessaire au chauffage ou l’utilisation de système de refroidissement. L’excellente isolation que procurent les matériaux biosourcés permettent de conserver un climat agréable, même en cas de températures estivales élevées. « Vous vous sentez bien dans votre maison année après année ». Un équilibre qui n’est pas toujours évident à retrouver dans les constructions conventionnelles.

Que pensez-vous de l’utilisation du bois dans les éco-constructions ?

Le bois est un matériau essentiel en termes de structure, d’isolation et de construction en hauteur. Il fait partie intégrante de l’éco-construction, si bien sûr sa provenance est locale. Le bois est qualitatif, innovant, performant, efficace et surtout renouvelable ! Son utilisation doit être bien évidement contrôlée dans une optique de gestion et renouvellement des ressources.

La crise climatique actuelle montre que nous devons tenir compte de ces changements.

Autre avantage du bois, son utilisation par sa nature même de produit décarboné, permet de contribuer à la lutte contre le changement climatique.

Le bois est ainsi un matériau d’excellence qui se travaille avec précision et technologie. Le secteur du bois redevient un véritablement secteur de pointe.

Nous constatons vraiment une évolution des mentalités depuis plusieurs années. D’autres matériaux bénéficient également de cette nouvelle approche.

Quelles sont les fausses idées les plus répandues sur l’utilisation du bois ?

Beaucoup de fausses idées circulent malheureusement sur l’utilisation du bois dans la construction. « Le bois n’est pas durable », « le bois brûle trop vite », ou encore « Les architectes ne peuvent pas tirer le meilleur parti de ce matériau ». Ces idées préconçues sur le manque de fiabilité du bois sont nées dans l’inconscient collectif par l’histoire des trois petits cochons…

Je me demande si Walt Disney était conscient du mal qu’il pouvait faire au secteur du bois avec cette histoire. Ces idées préconçues, fondées sur un malentendu nous desservent encore aujourd’hui.

Un manque de sensibilisation à destination de l’acheteur et un manque de formation des professionnels de la construction ne permettent malheureusement pas la diffusion méritée du matériau bois. La formation d’architecte ne comporte aucun cours sur la construction bois ou les matériaux écologiques. De ce fait, le secteur manque d’ingénieurs et d’architectes initiés à l’éco-construction. Ce constat semble s’aggraver encore en Flandre, où un véritable changement de mentalité serait à prévoir. En Wallonie, nous bénéficions d’une relation différente avec ce matériau, car nous sommes naturellement entourés de plus de forêts.

Cela a-t-il un rapport avec des « groupes de pression » ? Les opposants, considèrent la promotion de la construction en bois au niveau public comme une distorsion de marché, un conflit d’intérêt.

Un conflit d’intérêts mais avec quoi ou qui ? L’environnement ? L’environnement n’est-il pas plus important que leurs produits ? N’est-il pas plus important que nos bâtiments soient sains, dès aujourd’hui et pour demain ? Une étude américaine a montré que le bois assure également le bien-être mental. Rappelons-nous qu’un logement sans ventilation adéquate est source de maladie et d’inconfort. Ne nous voilons pas la face, il y a bien évidement des groupes de pression…

L’utilisation du bois serait également trop coûteuse, de sorte que les coûts de construction montent en flèche. A première vue, nous pourrions croire que la construction bois est plus chère. Mais il faut prendre en compte les coûts réels et les coûts cachés :

  • Le travail avec le bois est beaucoup plus rapide, et vous payez donc moins en temps de travail et en temps de construction (double loyer) ;
  • Le travail du bois garanti en outre une maison sèche. L’investissement initial sera peut-être plus élevé, mais par la suite vous bénéficiez de l’ensemble des gains qu’offre une maison éco-construite (isolant + performante, qualité de vie, gain en été, bien-être…)

Quel rôle les hommes politiques pourraient-ils jouer ? Peuvent-ils faciliter le déploiement du bois ?

Si seulement ils commençaient à construire en bois eux-mêmes ! Imaginez qu’ils n’utilisent que des éco-matériaux : cela ferait une belle différence en termes de sensibilisation ! Ils démontreraient que la construction en bois est bel et bien à la pointe de l’habitat moderne et responsable. De tous temps, nous avons eu besoin d’exemplarité, pour changer les habitudes ! Cela permettrait également de « normaliser » et populariser la construction bois auprès des prescripteurs. Cette mesure ne coûterait rien à l’État, aux régions et aux collectivités et provoquerait un impact énorme en termes de visibilité !

Le rôle d’exemple auprès du grand public est prépondérant : les nouveaux locaux du Cluster Eco-construction en sont une belle illustration

C’est bien sûr, à mon sens, l’un des plus beaux bâtiments au monde (mais je suis partial) ! Inauguré en septembre 2021. Il est particulièrement innovant.

Pour sa conception, nous avons utilisé du bois non transformé, qui est passé presque directement de la forêt au chantier. Cela nous a permis de maintenir le prix du chantier à un niveau très bas. La production en 3D avec les différentes parties du bâtiment qui sont arrivées sur le chantier en une seule pièce nous as permis de réduire les coûts de chantier. Enfin, ce bâtiment n’a de plus absolument aucun impact sur le sol, ce qui est également un énorme avantage pour l’environnement.

L’innovation se fait également par l’utilisation de matériaux. Nous avons utilisé la paille comme matériau isolant, mais aussi du bois torréfié en bardage et parquet ! .

Le bois est l’avenir. Ce point est clair. Quelles améliorations peuvent-elles être apportées, dans la rénovation par exemple ?

La rénovation est importante. Mais il ne s’agit pas de rénover le bois, il s’agit de rénover avec du bois !  Surtout pour les bâtiments où l’on ne s’y attend pas. Ouvrez la porte de l’imagination ! Pourquoi ne pas construire des ponts en bois ? Le ciel est la limite ! Nous devons nous méfier du « greenwashing ».

Nous devons également faire comprendre à la population que certaines forêts bénéficient réellement de l’exploitation forestière.

Nous constatons une tendance des consommateurs à choisir des produits plus durables. Et pourtant, nous remarquons en parallèle une sorte d’hostilité de la part du grand public lorsqu’il s’agit de récolter du bois et de valoriser le bois de la forêt. Même lorsque le bois a été prélevé dans le cadre d’une gestion durable, certaines personnes sont prêtes à sortir leurs couteaux. N’est-ce pas un paradoxe ? Ils veulent utiliser du bois, mais pas un seul arbre ne doit être abattu… À cela s’ajoutent la crise du scolyte, le changement climatique, etc. Tout cela ne met-il pas potentiellement en danger le secteur du bois ?

La gestion durable des forêts est importante. Nous n’allons pas continuer à planter les mêmes essences d’arbres. Nous devons trouver des solutions pour l’avenir.

Nous devons faire comprendre que certaines forêts bénéficient réellement de l’exploitation forestière. Nous devons vraiment expliquer le « comment » et le « pourquoi » de manière claire et précise. C’est notre défi et notre mission. La forêt doit vivre avec tous ses aspects !