Robuste

Le bois, un matériau costaud

Le bois est-il plus résistant que l'acier ? Si l'on considère le rapport entre la résistance et le poids des matériaux, le bois bat même l'acier. Léger et pourtant très solide, il convient parfaitement pour une variété d'applications : équipements d'aires de jeux, meubles, emballages, terrasses de jardin en bois, etc. Grâce à la technologie, le bois est devenu un matériau vraiment très costaud. Il est désormais beaucoup plus résistant au vent, à l'eau, au sel et au sable. En utilisant des techniques anciennes et nouvelles et des solutions innovantes, de plus en plus de gratte-ciel en bois peuvent faire partie des lignes d’horizons du monde. Le bois est vraiment synonyme de puissance !

Plus robuste que l’acier

Comparé à d’autres matériaux tels que l’acier et le béton, le bois est léger et pourtant solide. Beaucoup de gens l’ignorent mais quand on considère le rapport résistance versus poids des matériaux, le bois est encore plus robuste que l’acier ! Cela rend le bois intéressant pour de nombreuses applications et constructions : les équipements d’aires de jeux en bois, le mobilier, les terrasses de jardin, les emballages et même les ponts en bois, les glissières de sécurité, les éoliennes et les tours résidentielles !

Technologie d’extension de durée de vie

Le bois est un produit naturel. Les classes de durabilité (EN 350) des différentes essences de bois indiquent la résistance (naturelle) à la dégradation du bois. Outre sa résistance naturelle, la technologie donne un coup de main au bois, par exemple dans le domaine de la prévention, du contrôle et de la préservation du bois.

En fonction de l’essence du bois, l’application et les besoins, la technologie peut prolonger la durée de vie du bois. La modification chimique et (hydro-)thermique du bois améliore la durabilité du bois, réduit le retrait et le gonflement en cas d’humidité et de sécheresse, et augmente la résistance aux attaques. Cela rend le bois beaucoup plus résistant aux organismes, au vent, à l’eau, au sel et au sable, et cela fait du bois un matériau costaud.

Méthodes de construction en bois

Nous avions l’habitude autrefois de construire presque tout en bois. Mais le bois a été supplanté en raison de l’émergence d’autres matériaux. Toutefois, grâce aux nouvelles technologies et aux avantages environnementaux, le bois, en tant que matériau de construction durable, redevient plus pertinent et est de plus en plus souvent utilisé dans les travaux de construction, même lorsqu’il s’agit de construire en hauteur. Diverses méthodes innovantes de construction en bois font du bois une alternative durable et solide au béton, à la brique et à l’acier.

Comme la construction à ossature bois (hsb), une méthode de construction flexible, sèche et légère. Le poids d’un bâtiment en bois ne s’élève qu’à un tiers de celui d’un bâtiment réalisé en matériaux traditionnels. Ou encore la méthode de construction innovante Cross Laminated Timber (CLT ou ‘bois lamellé croisé’). Les éléments CLT sont constitués de différentes couches de bois collées entre elles en croix. En conséquence, le matériau de construction en bois a une résistance, une stabilité et une rigidité plus élevées dans toutes les directions, comparables au béton armé. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle ‘le nouveau béton’, car des gratte-ciel tout en bois et hybrides bois/béton sont en cours de construction.

La réglementation sur la résistance du bois

Lorsqu’il s’agit de constructions architecturales en bois, c’est bien sûr la réglementation européenne qui s’applique: pour la conception de la construction, le calcul de la construction en bois et la classe de résistance du bois lui-même.

Dans l’UE et donc aussi en Belgique, les règles de conception et de calcul sont définies par la NBN-EN 1995 1-1 Eurocode 5. Les classes de résistance européennes du bois pour les applications constructives sont définies par la NBN-EN 338 pour le bois scié et la NBN-EN 14080 pour le bois collé.

Pour le bois scié et le bois lamellé (collé), différentes propriétés sont spécifiées dans les classes de résistance en termes de résistance du bois. La résistance à la flexion, à la traction, au cisaillement, au fendage et à la compression, la densité, la dureté et le module d’élasticité. Le climat et la durée de charge sont également pris en compte. Les normes déterminent ainsi les performances auxquelles doivent répondre les éléments en bois dans les (calculs des) structures en bois.

RECEVEZ NOS MEILLEURES NOUVELLES DANS VOTRE BOÎTE DE RÉCEPTION?